Massage et fins heureuses

massage happy endings

Il y a quelques nuits de cela, en attendant que mon amant revienne à la maison, j’ai décidé de me faire masser pour passer le temps. Le voisinage comptait de nombreux salons de massage et j’avais passé une longue journée à battre le pavé. Quoi de mieux que de s’allonger quelque temps et de laisser quelqu’un masser mes épaules fatiguées et mes pieds douloureux ?

J’ai choisi un salon au hasard et tiré la sonnette. Une jeune et jolie asiatique m’a ouvert la porte et m’a demandé ce que je voulais.

“Oh, juste un massage de 30 minutes pour me détendre un peu,” répondis-je.

“Entrez. Voulez-vous une tasse de thé ?” me proposa-t-elle.

“Merci, cela serait génial.”

Elle me demanda de la suivre et descendit un escalier étroit. L’endroit était un peu vieillot et avait besoin d’une bonne couche de peinture, mais c’était propre. Je vis sur un comptoir dans le hall une bouteille du même désinfectant que j’utilisais dans mon studio, une pile de serviettes fraichement nettoyées, des draps un peu usés mais repassés dans un panier.

Elle me conduisit dans une petite pièce munie d’un matelas à même le sol et me demanda de me déshabiller et de boire mon thé, ce que je fis.

Comme je m’installais, j’examinais mon entourage : une petite statue de Bouddha se tenait dans un coin, une tasse de thé froid formait une offrande à ses pieds. J’ai toujours apprécié cette tradition de certaines cultures où un rite quotidien consiste à offrir un cadeau quelconque au dieu ou à la déesse.

Il y avait aussi une bouteille de gel hydroalcoolique et une boîte de masques sur une table basse, accessoires indispensables de cette époque où nous devons prendre des précautions contre un virus étrange qui a surpris le monde entier. Il y avait aussi une grande bouteille d’huile de massage et un diffuseur d’huiles essentielles qui émettait des bouffées de vapeur légèrement parfumée. Sur une étagère basse se trouvaient quelques serviettes à main pliées et une boîte de gants jetables.

Je finis mon thé et commença à me déshabiller. Les murs étaient couverts d’un papier peint à motifs sombres et il y avait une peinture de Bouddha. Je pliai mes habits, les posai dans un coin et m’allongeai sur le matelas sur le ventre.

Le massage

La jeune femme frappa doucement à la porte, entra, vérifia que j’avais suffisamment chaud, puis commença à me masser les pieds. Les fétichistes de mes pieds savent combien j’apprécie cela et cette femme le faisait parfaitement. Elle travaillait en montant progressivement vers mes mollets, mes cuisses et mon dos alternant les mouvements intenses et profonds et les caresses plus délicates. J’émettais de temps en temps un doux soupir de plaisir tout en dérivant dans un état de demi-sommeil.

Après quelques minutes, elle me demanda de me retourner et répéta le processus de l’autre côté, en commençant par les pieds et en remontant lentement vers le haut de mon corps. En atteignant l’emplacement où mes jambes rejoignent mon torse, je sentis ses mains expertes explorer alentour de mon sexe. J’ouvris les yeux et elle me demanda si je voulais qu’elle continue à se concentrer sur cette zone.

« Bien sûr » dis-je. Quoi de mieux qu’un orgasme rapide pour se détendre, pensai-je. La dernière fois que j’ai eu un massage se terminant bien, c’était lors d’un voyage en Asie, il y a quelques années de cela. 

“Il y a un supplément de 20€, » dit-elle.

“OK, pas de souci.”

Elle prit un gant dans la boîte, l’enfila de manière experte et commença à porter toute son attention sur cette zone, source de tant de plaisir. J’eus rapidement un orgasme, excitée par la situation autant que par la stimulation physique. Elle enleva son gant et continua à me masser le torse, les seins, la poitrine et finalement la tête.

Après, nous bavardâmes un peu et elle me demanda ce que faisais pour vivre. Je lui répondis que j’étais aussi une travailleuse du sexe, mais elle n’arrivait pas bien à saisir ce que faisais une Dominatrice. Entre la barrière du langage (elle n’avait qu’un bagage minimal en Français et en Anglais et je ne parle pas un mot de Thaï) et le fait que c’est généralement difficile à comprendre pour quelqu’un qui n’est pas du milieu BDSM, ce n’était pas facile de s’expliquer. En dépit de ceci, elle gloussa quand elle saisit l’idée que moi aussi, je voyais beaucoup d’hommes nus qui recherchaient à s’évader de leur quotidien pour trouver quelques minutes de plaisir.

Elle quitta la pièce et je m’habillais, laissant un billet de 50€ sur la table. J’imaginais que le supplément de 30€ serait apprécié. Je sais que je l’apprécie toujours quand mes clients font de même pour moi.

Je montai l’escalier, lui souhaitai une bonne soirée et la remerciai pour le massage.

“C’était un plaisir de masser une collègue”, dit-elle, « s’il vous plait, revenez vite »

Deux fins heureuses à cette histoire : mon orgasme et le lien créé avec une collègue, même pour quelques minutes.

Abonnez-vous à ma newsletter et suivez-moi sur Twitter pour prendre de mes nouvelles régulièrement.

massage happy endings

Train, avion et voiture : le sexe en voyage

SEX on the go

Train, avion et voiture : le sexe en voyage

Je suis actuellement assise à l’arrière d’un mini-van avec des amis coquins, profitant d’une escapade hors de Paris, bienvenue après ce second confinement.

Voici la démographie de notre petit groupe : deux travailleurs du sexe, deux photographes érotiques, quatre d’entre nous son pan- ou bi-sexuels, la plupart adeptes du polyamour, et tous sont actifs dans la « sexo-communauté » parisienne, présidents d’associations ou organisateurs d’événements, tous travaillant à promouvoir une sexualité saine et sûre pour tous et toutes.

Inutile de vous préciser que nos conversations  tournent autour de sexe, de sexe et…de sexe !
Okay, il y a quelques variations : nous parlons également d’orientation sexuelle, de BDSM, des politiques et règles qui nous affectent en tant qu’individus sexuellement libérés… Oui, quand je suis avec des amis proches, nous parlons beaucoup de sexe !

Ce n’est pas la première fois que je voyage avec certains d’entre eux, et nous ne tardons pas à nous remémorer les histoires de nos road-trips précédents;

Mon ami Daniel raconte le voyage que nous avions fait quelques années plus tôt : à peine avions-nous quitté la capitale que je sortais déjà des sex-toys de mon sac et décidai de les utiliser sur mes compagnons de route et moi-même.

Une autre fois, toujours avec Daniel, nous avions conclu qu’il serait intéressant que les filles présentes dans la voiture s’exhibent en dépassant les poids-lourds tout au long de la route qui nous menait à un week-end BDSM (oui, nous maîtrisons l’art de l’échauffement). Je ne me souviens pas à combien de chauffeurs nous avions montré nos seins, mais ils nous ont témoigné de leur satisfaction par leurs sourires et les nombreux coups de klaxon !

Ines nous raconte la fois où Sofiane commença à la doigter pendant un vol vers l’Italie, dans la cabine, utilisant le menu pour cacher ses mains qui se glissaient sous sa robe. Un steward vint à eux pour leur demander ce qu’ils souhaitaient commander. Je ne peux qu’imaginer la douce Ines prise en flagrant délit, commençant à rougir, et suppliant d’arrêter à contrecœur ce pervers de Sofiane qui continuait à la caresser.

Pendant un voyage vers le Japon, la copine de Patrice l’a surpris en fondant sur lui alors qu’il trifouillait son appareil photo, le réglant quelques minutes avant l’atterrissage. Il disait être tellement étonné qu’il l’a laissée faire quelques minutes avant de réaliser que cela pourrait avoir de sérieuses répercussions.

Bien entendu, j’ai moi aussi plein d’anecdotes croustillantes. Comme la fois où mon ami et moi nous fîmes jeter d’un train à l’arrêt suivant car je lui faisais une pipe dans le wagon (certes vide, mais la vidéosurveillance nous avait sans doute trahis). Durant un autre voyage en train, un jeune homme un tantinet joueur m’avait offert un café : nous avions fini dans les toilettes. Je me suis chauffée avec une jolie brunette sur un bateau. Je me suis masturbée un nombre incalculable de fois en avion, et bien malin qui saura dire combien de fois je me suis laissée aller à mes instincts sur l’autoroute !

Alors, pourquoi est-on tellement attirés par le sexe en déplacement ? Est-ce en raison de notre mode de vie hyperactif, de notre propension à ne jamais ralentir que faire des galipettes dans des véhicules est si populaire ? Est-ce parce que nombre d’entre nous sommes excités par l’éventualité d’être surpris en pleine action ? Est-ce le mouvement des véhicules et les vibrations induites qui stimulent notre intimité et éveillent notre libido ?

Qui sait ? Mais ne soyez pas surpris si un jour dans un avion vous me voyez sortir des toilettes avec les cheveux en bataille, les yeux qui brillent et un petit rictus de satisfaction au coin des lèvres.

Abonnez-vous à ma newsletter et suivez-moi sur Twitter pour prendre de mes nouvelles régulièrement.

sexe voyage

 

Pegging: le sex anal chez les hommes

pegging anal play

Qu’est-ce que le pegging?

Le terme a été utilisé pour la première fois par le célèbre chroniqueur de conseils sexuels Dan Savage en 2001 pour décrire lorsqu’une femme cis-genre pénètre analement un homme cis-genre avec un gode ceinture. Alors que la pratique existait bien avant, ces dernières années, elle est devenue plus largement acceptée et pratiquée.

sexe anal pegging

Le sex anal ne fait pas mal?

Quelqu’un m’a dit un jour que je devrai utiliser suffisamment de lubrifiant pour fourrer un éléphant dans une boîte aux lettres lors de relations sexuelles anales. Bien que cela aide certainement, comme pour beaucoup de choses, il est important d’aller lentement au début et de progresser. Il ne devrait pas y avoir de douleur vive, mais une sensation légèrement étirée est tout à fait normale.

À mon avis, il vaut mieux commencer avec les doigts avant d’utiliser des jouets. Si vous vous entraînez seul, en fonction de votre flexibilité, il peut parfois être un peu difficile d’utiliser vos doigts. Ma recommandation? Allez voir une Dominatrice professionnelle réputée et elle pourra vous guider avec soin et en toute sécurité.

Il y a des tonnes de merveilleux jouets pour le massage de la prostate à essayer et un choix infini de godes de différentes tailles et formes adaptés au pegging. Encore une fois, commencez petit et progressez. Vous ne voulez pas traumatiser votre corps en utilisant un gode géant dès le départ.

Il existe des crèmes et des gels anesthésiants sur le marché, mais je ne vous recommande absolument PAS de les utiliser. Cela peut vous empêcher de sentir si quelque chose ne va pas. De plus, pourquoi voudriez-vous engourdir une zone avec autant de terminaisons nerveuses? ça va complètement à l’encontre du concept d’obtenir des sensations agréables grâce au jeu anal.

Mais cela ne rend-il pas le gars gay?

Absolument pas! L’idée que d’être pénétré analement vous rend gay est ridicule. L’homosexualité, c’est quand deux personnes du même sexe sont attirées l’une par l’autre. Si vous êtes un homme et que vous avez des partenaires féminins, vous êtes hétérosexuel, quelles que soient les pratiques sexuelles auxquelles vous prenez part.

Je suis une femme cis-genrée et je pratique régulièrement cela avec des hommes. Ils n’ont aucune envie d’embrasser un autre homme, encore moins d’avoir des relations sexuelles avec un. Le fait qu’ils apprécient la pénétration anale ne les rend pas moins hétérosexuels. Ils veulent être pénétrés par MOI, une femme.

La politique du pegging

Je suis passionné par l’éducation des gens sur la sexualité, en particulier les choses qui sortent de ce qui est considéré comme normal. Chaque fois que nous discutons de choses considérées comme taboues dans la société vanille, nous ébranlons la honte qui l’entoure. Il est important que nous commencions à nous éduquer sur le pegging (et tant d’autres choses) afin de pouvoir transmettre nos connaissances aux générations futures et briser certains des stéréotypes négatifs entourant une sexualité atypique. En discutant plus ouvertement de sexe et de sexualité, nous aidons les autres à surmonter leurs insécurités et à éliminer la honte.

Le sexe est un besoin humain fondamental, comme la nourriture, un abri et des liens émotionnels avec les autres, mais nous n’en parlons pas. Nous passons des heures à discuter de ce que nous allons cuisiner pour le dîner, quelles améliorations nous allons apporter à notre maison et à nos relations avec les autres, mais nous évitons de parler de sexe. Il est temps que nous changions nos attitudes envers le sexe, et discuter avec votre (vos) partenaire (s) et votre entourage est une façon de le faire.

pegging anal

Pourquoi les gens l’aiment-ils autant?

Il y a tellement de raisons pour lesquelles les gens aiment le pegging, mais les réponses les plus courantes que j’entends sont la dynamique du pouvoir et le plaisir physique.

Plaisir physique

Vous savez probablement que la prostate est considérée comme le point G des hommes. Bien que cela puisse demander un peu de pratique, une fois que vous avez eu un orgasme de la prostate, il est généralement assez facile d’en avoir encore et encore. D’après ce que j’ai lu et entendu de très nombreux partenaires, les orgasmes de la prostate ressemblent aux orgasmes du pénis mais sont beaucoup plus intenses. De plus, les hommes peuvent avoir plusieurs orgasmes de cette façon, ce qui n’est généralement pas possible avec les orgasmes plus classiques avec le pénis.

On parle souvent du plaisir physique que les hommes tirent de la pénétration anale, mais rarement du plaisir physique lorsqu’une femme place sa sangle autour de ses hanches et baise son homme. Selon la sangle qu’elle utilise, il peut y avoir de merveilleuses frictions contre ses organes génitaux, provoquant éventuellement un orgasme. Il y a aussi des godes qui sont placés dans le vagin et s’étendent vers l’extérieur à partir de là comme un pénis. C’est excellent car vous pouvez tous les deux avoir plusieurs orgasmes ensemble. À quel point c’est merveilleux?

Dynamique du pouvoir

Pour les deux partenaires, la symbolique du pouvoir du pegging peut être vraiment incroyable. Beaucoup de femmes ne comprennent pas le plaisir de pénétrer leur partenaire. Voir un homme à quatre pattes avec son cul en l’air et supplier ma bite est l’une des choses les plus sexy que l’on puisse imaginer.

Je suis généralement moins excité par les images que par les mots (par exemple, je préfère de loin lire un roman érotique plutôt que de regarder un porno), mais il y a quelque chose d’extrêmement excitant visuellement à «prendre» mon partenaire. Entre le plaisir de voir son visage tordu de plaisir et de regarder ma bite glisser dans et hors de son cul, c’est un régal pour les yeux.

Pour l’homme, se faire prendre par son partenaire peut être un changement bienvenu par rapport à la dynamique typique du sexe «classique». Elle joue un rôle beaucoup plus actif entre les draps que d’habitude, l’homme se détend et prend tout le plaisir.

Avantages potentiels pour la santé

Le pegging et autres jeux anaux sont non seulement amusants et sexy, mais il y a aussi des avantages potentiels pour la santé. Bien que la recherche soit quelque peu limitée, certaines études ont montré que jouer de la prostate peut aider à lutter contre la dysfonction érectile, soulager les éjaculations douloureuses, prévenir et traiter la prostatite, améliorer le débit urinaire, améliorer les performances sexuelles et plus encore. Je ne suis pas médecin, je vous laisse donc faire vos propres recherches et échanger avec votre médecin si vous souffrez de l’un de ces problèmes.

Se préparer à l’anal

Comme pour toutes les pratiques sexuelles, vous devez avoir des discussions ouvertes et honnêtes avec votre partenaire avant d’essayer quelque chose de nouveau. N’ayez pas peur de vous poser des questions, d’exprimer vos préoccupations et d’expliquer pourquoi vous souhaitez explorer le pegging.

Certaines personnes s’inquiètent de l’hygiène du sex anal. Je demande à mon partenaire de faire un lavement au préalable pour limiter les dégâts. Voici un guide pour en faire un. Pour les personnes qui découvrent les joies du pegging, je recommanderais d’utiliser une serviette de couleur sombre juste pour être en sécurité et de garder un rouleau de serviettes en papier à proximité au cas où. Moins vous vous inquiétez du désordre potentiel, plus vous pourrez vous amuser, alors faites ce qui vous semble le plus approprié.

Ne soyez pas trop ambitieux au début. Comme je l’ai déjà mentionné, il est important de commencer lentement. Je recommande de définir des safe words à l’avance car parfois, quand nous sommes dans le moment, nous pouvons avoir du mal à nous exprimer. Il est parfois plus facile de dire vert ou rouge que d’expliquer en détail lorsque vous êtes distrait par ce qui se passe «là-dedans».

Commencez par masser autour de l’anus avant la pénétration. Cela aidera à détendre les muscles et rendra l’insertion d’un doigt ou d’un jouet beaucoup plus facile et plus agréable.

Si vous êtes le partenaire qui donne, coupez vos ongles, lavez-vous bien les mains et n’hésitez pas à utiliser des gants, même s’il est votre seul partenaire sexuel. Les gants aident à vous protéger tous les deux des infections mineures si vous avez des incisions microscopiques n’importe où. De plus, la sensation des gants en latex ou en nitrile est super sexy. Je le jure, le simple fait de mettre des gants m’excite maintenant parce que je sais ce qui va suivre.

Plus vous vous préparez au pegging, plus vous serez détendu et plus il vous sera facile de lâcher prise et de vous concentrer sur le plaisir.

pegging anal
Commencez doucement et portez des gants !

Un dernier mot

Le pegging peut créer une intimité au-delà de ce que vous avez vécu auparavant. Il faut du courage à un homme pour dire qu’il veut l’explorer et il faut de la confiance pour qu’une femme s’attache une bite et en prenne le contrôle (bon sang, les normes culturelles).

Lorsque les deux partenaires peuvent pénétrer et se faire pénétrer, les possibilités se multiplient et le sexe devient beaucoup plus intéressant. Vous gagnerez une meilleure compréhension de votre propre corps ainsi que du corps de votre partenaire car vous aurez enfin le plaisir de ressentir le sexe en interne plutôt qu’en externe.

Alors allez-y, fais-toi baiser. Tu serait heureux de l’avoir fait.

Abonnez-vous à ma newsletter et suivez-moi sur Twitter pour prendre de mes nouvelles régulièrement.

Mythes et légendes des Dominatrices

Mythes et légendes des Dominatrices : même les Dominatrices font leurs lessives !

Il existe quelques idées fausses sur ce que signifie être une Dominatrice professionnelle. Les gens semblent penser que je vis dans une réalité alternative où je n’ai pas besoin de faire la queue au bureau de poste quand je dois expédier un colis. Certains pensent que je me réveille habillée de cuir et de dentelle, les cheveux parfaitement coiffés, le rouge à lèvres déjà mis. D’autres imaginent que nous avons des hommes qui font toutes les choses que nous n’aimons pas faire. Croyez-le ou non, votre déesse préférée met aussi son pantalon sur une jambe à la fois.

mythes dominatrice
J’adore cuisiner, mais pas forcement dans cette tenue.

Nous avons des esclaves à notre service 7j/7

La plupart d’entre nous n’ont pas d’esclaves à notre service à temps plein, pourtant les offres ne manquent pas, bien au contraire. Avoir un soumis de service demande généralement plus de temps et d’énergie que de faire quelque chose par soit même.

Bien sûr, mes fidèles soumis peuvent faire une ou deux courses pour moi de temps en temps, mais je préfère de loin nettoyer les toilettes moi-même plutôt que de devoir passer du temps à regarder par-dessus l’épaule de quelqu’un pour m’assurer qu’il le fait selon mes exigences. De plus, de nombreux soumis domestiques commettent intentionnellement des erreurs pour attirer d’éventuelles punitions.

J’ai deux esclaves à domicile : Jean-Phi (alias mon lave-vaisselle) et Jean-Henri (appelez également : machine à laver). Au-delà de cela, je n’ai aucun désir d’avoir un esclave domestique à plein temps.

Nous nous faisons beaucoup d’argent

Si le taux horaire pour rencontrer une Dominatrice professionnelle peut atteindre plusieurs centaines d’euros par heure, ce n’est pas un travail où l’on peut faire des séances pendant 35 par semaine. Si la plupart des Dominatrices professionnelles à plein temps consacrent bien plus de 40 heures par semaine, la majeure partie de ce temps est consacrée à la communication, au marketing, aux séances de photos, au montage de vidéos, aux réponses aux courriels ou peut-être à la rédaction d’articles.

La plupart des femmes que je connais ont un petit faible pour 3 ou 4 séances par semaine. Au dessus de ce nombre, cela devient physiquement et émotionnellement difficile, surtout pour celles d’entre nous qui mettent tout leur cœur et personnalité durant les séances !

Comme dans toute entreprise, nous avons aussi des frais fixes. Les équipements et le matériel de qualité sont souvent chers. Il nous faut souvent loué l’espace du donjon, les produits de nettoyage, l’hébergement du site web, la publicité, les séances de photos et bien d’autres coûts cachés mais bien réels.

Nous sommes Dominatrices en permanence même dans notre intimité

Même si nous menons ce style de vie 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, cela ne signifie pas que nous sommes toujours en session. Il y a une grande différence entre la façon dont je suis avec les soumis qui font partis de mon intimité et la façon dont je suis avec un client qui vient uniquement pour quelques heures de jeu.

Mes partenaires de jeux/intime sont le privilège de dîner avec moi, de me voir en pantalon de yoga et d’aller se promener dans le parc. Plus important encore, ils ne s’attendent pas à ce que je me concentre en permanence sur le jeu, même si je l’intègre dans notre routine.

Quand j’ai fini une séance intense et rémunérée, je ne veux pas nécessairement attacher mon partenaire et le torturer. En fait, s’il m’arrive de le faire, c’est une dynamique très différente de la relation que j’ai avec des clients d’uniquement quelques heures ! Avec les clients, je dois être à 100% dans mon jeu, concentré, sur le point, avec mes partenaires intimes de jeu, je me présente en jeans et en t-shirt, les cheveux en queue de cheval et sans maquillage.

Nous sommes toujours sur notre 31

Si beaucoup d’entre nous sont dans des relations matriarcales de domination féminine, ce n’est pas le cas pour toutes les Dominatrices professionnelles. Certaines d’entre nous sont dans des relations vanille, d’autres sont asexuées, d’autres encore sont polyamoureuses. Certaines d’entre nous n’aiment contrôler leurs partenaires que dans le cadre d’un donjon et aspirent à avoir un rôle différent dans leur vie quotidienne.

Nous sommes des individus à part entière et nos relations en dehors de notre travail en sont le reflet. Ne supposez pas que parce qu’une femme a choisi de travailler comme Dominatrice professionnelle, qu’elle jouit du même pouvoir lorsqu’elle ne travaille pas.

Nous ne le ferions pas si nous n’étions pas payées

La plupart des Dominatrices professionnelles aiment le BDSM. Nous l’avons et parfois continuons à le pratiquer même si nous ne sommes pas payées, mais statistiquement pas avec vous. Ce n’est pas pour paraître (trop) hautaine, mais c’est la vérité. Les femmes dominantes sont très recherchées. C’est la raison pour laquelle certaines d’entre nous en ont fait une carrière professionnelle.

Beaucoup d’entre nous ont commencé « juste pour le plaisir » et un jour, la lumière s’est allumée et nous avons réalisé que nous étions tellement demandées que nous pouvions faire payer nos compétences particulières.

Lorsqu’une Dominatrice se rend à une fête, il y a 20 garçons qui font la queue et qui demandent de l’attention. Nous avons une grande variété de choix qui se présente littéralement à nos pieds. À moins que vous ne ressembliez à Ryan Gosling et que vous êtes masochiste, je ne vous choisirai probablement pas. Pourquoi ? Parce qu’il est déjà probablement dans la pièce et que je préfère le choisir.

Nous n’apprécions pas les choses vanilles

D’une manière générale, les Dominatrices ont un mode de vie passionnante que nous vivons à 100 à l’heure. Nous assistons régulièrement à des événements où la perversion règne. Nous organisons des sessions élaborées qui pourraient littéralement tuer nos partenaires si elles ne sont pas exécutées correctement.

Nous nous épanouissons dans l’adrénaline et l’excitation… mais nous apprécions aussi les moments de détente (et en avons besoin). Nous apprécions ces moments de calme à la maison en préparant un bon repas, en jouant à des jeux de société ou simplement en regardant sur Netflix.

mythes dominatrice
J’adore lire !

Nous n’avons pas de jour sans

Nous sommes des êtres humains. Bien que nous ne montrions publiquement que nos meilleures côtés : notre force et notre pouvoir, nous avons aussi des jours où nous nous sentons déprimés. Certains d’entre nous souffrent de problèmes de santé.

Nous avons également comme tout le monde des problèmes personnels ou familiaux. Beaucoup d’entre nous jonglent avec un autre travail en plus de celui-ci. Parfois, nous sommes fatiguées ou frustrées, seules ou tristes. Cela ne nous rend pas faibles, cela nous rend humains tout simplement !

N’oubliez pas que votre Dominatrice préférée est une personne. Bien qu’elle mérite certainement d’être placée sur un piédestal comme toutes les femmes, il est important de se rappeler qu’un piédestal peut être une plate-forme très étroite.

mythes dominatrice

Abonnez-vous à ma newsletter et suivez-moi sur Twitter pour prendre de mes nouvelles régulièrement.

Les meilleurs orgasmes

Les meilleurs orgasmes

Soyons francs : les gens viennent à moi afin d’assouvir leurs besoins sexuels. D’une façon générale, cela veut dire qu’ils veulent avoir un orgasme pendant notre rencontre. Bien que mes pratiques excluent les services sexuels traditionnels, il y a souvent une forme ou l’autre de stimulation sexuelle durant les sessions comme, par exemple, des JOI (jerk off instructions, soit de la masturbation dirigée) et/ou des CEI ( cum eating instructions, soit une obligation de boire son propre sperme).

Ceci permet de maintenir une dynamique de rapport D/s tout en satisfaisant le « besoin » de jouir de mon partenaire. Je n’ai aucune réticence vis-à-vis de cela (et apprécie vraiment de le regarder avaler son propre jus), mais je pense qu’il y a un autre type d’orgasme qui est souvent négligé : celui qui se passe entre les deux oreilles.

les meilleurs orgasms

La satisfaction sexuelle n’est pas qu’une simple question d’orgasme : c’est aussi une affaire d’abandon et de relation avec son partenaire. Les sessions BDSM illustre parfaitement cela, même si vous ne venez passer qu’une heure ou deux avec une Dominatrice professionnelle. Un certain degré de confiance a déjà été établi entre vous deux (en supposant que vous ayez suivi mon avis précédent de réserver une session et qu’Elle l’a accepté) et vous avez discuté ensemble de vos attentes et de ce que vous vouliez explorer durant la session.

C’est déjà une façon de communiquer bien meilleure que celle que l’on rencontre dans beaucoup de relations « vanille ». C’est grâce à cela que vous pouvez vous laisser aller et qu’il vous est possible d’atteindre ce subspace magique.

Ces derniers temps, j’ai eu le plaisir de recevoir de plus en plus de candidatures par courriel qui précisaient que la personne ne souhaitait pas jouir pendant la session et que son plaisir viendrait d’autres façons, comme par exemple en obéissant, ou en supportant la souffrance, ou par un fétichisme ou encore un jeu de rôle.

Ces personnes tendent à devenir mes clients favoris : ce sont celles qui comprennent que ce que nous faisons dans une session est plus profond qu’un simple orgasme. C’est par le biais de ces pratiques particulières qu’elles atteignent un accomplissement plus fort que celui qu’elles pourraient obtenir avec ce qu’elles ont entre leurs jambes.

les meilleurs orgasms

Arrivé à une session sans s’attendre à avoir un orgasme aide également à diminuer la pression, notamment si vous êtes nouveau dans le monde BDSM. Il y a aujourd’hui une pression incroyable pour parvenir à la performance sexuelle, en particulier pour les hommes.

Avec une Dominatrice professionnelle, il n’y a pas besoin de s’inquiéter de cela. On se moque pas mal de savoir si vous allez jouir, bander ou mouiller. Tout ce que nous voulons est que vous ayez un orgasme extraordinaire dont vous vous rappellerez longtemps et, selon moi, les meilleurs se passent dans la tête, pas dans les reins.

Suivez-moi sur Twitter pour rester à jour de mes aventures BDSM.