Un moment de pure bonheur : témoignage

bonheur

*Je ne modifie pas les témoignages sauf pour enlever les détails qui pourraient compromettre l’anonymat ou la sécurité de moi ou l’autre. Les fautes appartiennent à l’auteur.

Madame,

Pour commencer je tient à vous remercier de m’avoir ouvert les portes de votre antre puis  vous exprime ma gratitude pour ce moment magique que vous m’avez fait passer.

Etant tout à la fois intimidé et excité à l’idée de vous rencontrer et de vous servir vous avez su satisfaire les humbles limites du novice que je suis. En effet comment vous exprimer l’excitation qui m’inondait dans l’attente de me présenter à vous… et comment vous exprimé l’intimidation qui m’a envahi lorsque vous vous êtes présentée à moi à ce café, tout en élégance et beauté avec un charme indescriptible.
Puis vint la séance….. les escaliers, mes vêtements qui tombent me retrouvant nu à quatre pattes en vous attendant, ma bouche baisant et léchant vos pieds…. puis mes mains et pieds attachés sur votre table me retrouvant ainsi à votre merci,  le son de votre voix me susurrant des mots excitant, vos mains me touchant et me griffant, le bruit de vos talons: que va t’il m’arriver… la roulette sur mon corps et mon sexe , vos mains me masturbant alors « rouge, rouge », votre douce voix me permettant de vous baiser les fesses et l’antre de vos seins, d’un coup votre grosse bite dans ma bouche que je doit sucer….. puis vous me détacher m’ordonnant de patienter nu devant vous, alors vous me travestissez  avec cette petite robe…. après une fessée bien méritée comme une petite salope je finis a quatre pattes et je dois vous sucer en me branlant…..« rouge, rouge et encore rouge » … puis vous m’ordonnez de jouir sur vos pieds que je dois nettoyer…..
Voici le flash qui me vient de ce moment magique.
Merci encore Madame pour cette parenthèse enchantée, ce moment de pure bonheur.
Merci d’être telle que vous êtes.
témoignage
Abonnez-vous à ma newsletter et suivez-moi sur Twitter pour prendre de mes nouvelles régulièrement. Vous pouvez lire d’autres témoignages ici.

La tempête

tempête

UNE PUISSANTE TEMPÊTE DE COUPS, DE BAISERS, DE CHATOUILLES, DE STIMULATIONS EN TOUS GENRES, S’ABAT SUR MA PERSONNE.

Le contact avec Inanna a été très facile avant notre rencontre. Son site est bien fait, Elle explique clairement ce qu’Elle attend des soumis prétendant à La rencontrer. Verser un acompte me paraît être la moindre des choses. Les Dominatrices n’aiment pas qu’on leur pose un lapin (qui aime ça, d’ailleurs ?).
Elle a été très compréhensive quant à mon heure d’arrivée, tributaire de facteurs difficiles à anticiper.
Lorsqu’Inanna m’a ouvert sa porte, je me suis retrouvé face à une pétillante brune, au regard bleu profond, qui ne vous quittera jamais. Je me suis senti immédiatement en confiance, bien que stressé. Nous avons partagé une Badoit. Elle ma demandé de me déshabiller.
L’auscultation commence. Inanna renifle, croque, lèche, griffe, soupèse, teste. Elle est très, très tactile. Et j’aime beaucoup, beaucoup ça ! Rapidement je suis attaché les bras en l’air. Une puissante tempête de coups, de baisers, de chatouilles, de stimulations en tous genres, s’abat sur ma personne.
La complicité est immédiate. Je me sens incroyablement bien. Je Lui dirai à plusieurs reprises.
Plus tard, me chevauchant au sol, Madame Justice insère plusieurs sondes dans mon sexe. Sensation délicieuse. L’hygiène est scrupuleusement respectée (zéro douleurs dans les jours qui ont suivi à ce niveau-là).
Elle a également tenu à jouer avec l’électricité. J’ai adoré. De toutes façons, cette session s’est déroulée dans une bonne humeur et une complicité à mille lieux de certains moments bien plus solennels que j’ai pu vivre auparavant avec d’autres Dominatrices (moments qui m’ont également plu).
Franchement, je n’en revenais pas. J’avais l’impression d’avoir 16 ans, avec ma copine qui en a 19 et qui veut tester tout un tas de trucs sur moi. Je vous raconte la fin ?
Je suis à genoux face à Inanna, Elle est assise, les jambes croisées, collants, escarpins. Elle m’ordonne de me masturber jusqu’à frôler l’orgasme. Je le fais…cinq fois de suite ! Enfin, Elle m’offre de jouir sur le cuir vernis de ses chaussures. Vous vous en doutez, j’ai tout bien léché comme un chien docile.
La suite, que certains appellent aftercare, a consisté à partager un verre de chianti, à nous raconter nos vies, nos anecdotes, qu’elles concernent la sexualité ou non. Puis Inanna m’a confié qu’Elle devait se rendre aux toilettes :
« – Je peux boire votre urine ?
– Mais bien sûr, suis-moi sous la douche ».
Je résumerai cette soirée en deux mots : complicité, confiance.
Je me suis rarement autant amusé. Bientôt je vais revenir aux pieds d’Inanna, et cela me comble de bonheur en avance.
Merci à Elle de permettre à des personnes comme nous de vivre heureuses.

tempête témoignage

Abonnez-vous à ma newsletter et suivez-moi sur Twitter pour prendre de mes nouvelles régulièrement.

Un jeu de société particulier

Un jeu de société particulier

Vous revoir pour passer un moment à vos pieds me donne le frisson. La première expérience me réconforte dans ce sens, je renouvelle toute ma confiance que j’ai en vous. La préparation et la mise en tenue m’apaise déjà, je sais que le moment va être magique encore une fois. Sanglé aux poignets et aux chevilles, perché sur des escarpins vernis semblables aux vôtres, je me laisse glisser vers vous pour vous obéir tout en étant cagoulé en latex noir. Mon corps ne m’appartient plus, il est en votre possession la plus totale telle un dessinateur devant une page blanche. Vous choisissez l’un de mes colliers, et vous reprenez le même que la précédente fois, le plus large, le plus imposant. Vous commencez à prendre possession de mon corps en me tapant les fesses, en me chatouillant, en me griffant… de quoi me rendre électrique.
Très rapidement, je descends à l’étage le plus bas : par terre, à vos pieds pour être entravé. Les poignets sont joints aux chevilles, je suis positionné sur le côté. Ma joue droite est posée à plat sur le plancher, j’observe ainsi une partie du spectacle de cette jolie soumise faisant l’objet d’un jeu de société particulier. Je vous vois déambuler devant mes yeux, sur vos magnifiques escarpins, et me donnant des coups de vos nouveaux floggers, en me malaxant la queue et mes bourses, avec vos mains fermes comme vos pieds affirmés.
jeu de société particulier
Hogtie.
Au fil de l’avancée du jeu de société, vous prenez le soin de me préparer l’anus après avoir ouvert l’accès par le retrait de la lanière de mon harnais qui passe dans la raie des fesses. J’entends le claquement du gant et le tube de lubrifiant. C’est à ce moment que mon corps est hors de moi : votre doigt lubrifié entre en moi pour dilater la zone. Je ne maîtrise plus la situation, je me laisse pénétrer vers l’inconnu, comme au début d’une fouille. Je vois ensuite passer le crochet anal devant moi, assez impressionnant par sa froideur qu’il dégage. Vous ne tardez pas à me l’enfoncer sans difficulté. J’aime ce plaisir d’avoir une insertion anale. Le crochet étant en place, je suis paralysé et je ne bouge presque plus. Vous continuez à chatouiller mon pénis qui se durcit à chacun de vos passages. Je meurs d’envie d’aller plus loin, mais c’est vous qui êtes la seule à pouvoir diriger. Vous continuez à jouer avec cette soumise entravée, je suis content de voir que vous passez un agréable moment.
Puis vous continuer de manipuler le crochet anal qui m’envahit en profondeur, en resserrant d’avantage les liens, m’obligeant à garder une position ferme et cambrée, je suis immobilisé définitivement. Ma main gauche qui avait été détachée pour laisser place au crochet n’ose plus bouger. Il ne me reste que la vue, l’ouïe et ma respiration. Je suis ainsi échoué par terre à vos pieds, en savourant votre puissance…
jeu de société
TomDoll avec le crochet anal.
Quelques instants plus tard, vous me libérez, je reviens debout avec vous pour me cambrer telle une pute devant la cheminée. Je reçois alors une valse de coups de floggers, de fessées, vous prenez du plaisir à me faire mal, pour mon bien. Effectivement, souffrir pour vous est mon plaisir, j’encaisse les coups un par un, même les coups de poings sur mes fesses. Vous me donnez de temps à autre des coups de bassin… mon Dieu… mais il manque votre membre magique… l’idée m’excite… me fait bander… et vous ne manquez pas de gifler ma queue une fois encore.
Puis est venu le tour de me faire mettre à quatre pattes sur la table basse, pour être exposé comme une putain, le cul bien cambré. Je continue de souffrir, d’avoir mal, parfois peur (en ayant confiance), mais je surmonte cela… c’est un cours d’endurance qui me permet de m’améliorer et vous satisfaire. Vous me montrez enfin l’objet final après quelques coups de canne : le fouet. Je le redoute plus que tout, il me fait assez peur car la douleur va être intense. Je pense à votre plaisir : je dois souffrir. Vous commencez par des coups légers mais la chaleur de ces brûlures montent violemment. C’est très dur, et même insoutenable. Je crie tout en essayant de résister jusqu’aux 10 derniers coups. Le 3ème étant le plus horrible, j’ai beaucoup souffert mais je dois l’admettre. Mon corps n’est plus, seul ma capacité psychologique peut m’aider à encaisser ces derniers coups.
J’ai compté les 10 coups, vous avez arrêté le jeu… et vous m’avez réconforté de ce dur moment. C’est lorsque que je suis dans vos bras que je suis bien, apaisé, et que ma seule envie est de recommencer pour vous faire plaisir. Merci Madame.
jeu de société
Les derniers coups de fouet.

Abonnez-vous à ma newsletter et suivez-moi sur Twitter pour prendre de mes nouvelles régulièrement.