Une vision féministe des gang bangs

Mon introduction aux Gang BangS

Il y a quelques années, si vous m’aviez dit que je m’intéresserais aux gangs bangs, je vous aurais dit que vous étiez fou. Puis j’ai rencontré quelqu’un qui m’a donné une perspective complètement différente sur eux.

J’ai rencontré J lors d’un « munch » (un événement où les gens kinky vont se rencontrer) et puis quelques jours plus tard, je l’ai rencontré par hasard lors d’une soirée de jeu. Il était un peu timide et se tenait seul, regardant tranquillement la belle chorégraphie d’une soirée BDSM.

J’ai eu un peu de mal à le comprendre au début, alors j’ai décidé de faire une petite conversation avec lui et de me renseigner un peu sur ce curieux personnage. Nous avons discuté de ceci et de cela et j’ai découvert qu’il était photographe. C’était au début de ma carrière de Dominatrice professionnelle, alors je lui ai demandé s’il serait intéressé de prendre quelques photos pour mon site web. Il a gracieusement accepté et nous avons fixé une date.

Il avait un endroit prévu pour notre séance photo, un grand loft industriel dans le 20e arrondissement de Paris. J’y étais allée pour quelques événements, donc je connaissais déjà l’endroit. Mais je ne savais pas comment il connaissait l’endroit, car je ne l’avais jamais vu à aucune fête avant la semaine précédente.

« Je suis venu ici pour, euh, ummm… quelques événements », murmura-t-il timidement.

« Ah oui ? Quels événements ? Je ne me souviens pas t’avoir jamais vu à quoi que ce soit ici. »

« Eh bien, euh… des gang bangs, » il a finalement laissé échapper.

« Quoi, vraiment ? ! » J’ai demandé, surprise.

Ce gentil gars est un de ces connards égoïstes qui prennent leur pied en objectivant les femmes ? Je me suis dit.

« Ouais, je trouve que les bangs sont vraiment beaux. La femme est le centre d’attention, il s’agit de lui faire plaisir, de s’assurer qu’elle est satisfaite… »

Hmmm, je n’y avais jamais pensé de cette façon…

Comme mes lecteurs le savent, je suis une personne très ouverte d’esprit, j’ai donc décidé d’approfondir le sujet. J et moi sommes devenus proches et chaque fois que nous avons discuté des gangs bangs, mon point de vue sur eux a lentement commencé à changer. J’ai lu quelques blogs et la façon dont ils sont mis en place.

gang bang féministe

Logistique et consentement avant le spectacle

En général, un organisateur est contacté par un couple hétérosexuel qui veut vivre ce fantasme. Bien qu’une grande partie de la préparation puisse se faire en présence du petit ami/mari, l’organisateur fixera un moment pour parler à la femme sans la présence de son partenaire. Cela permet de s’assurer qu’elle n’est pas contrainte de faire quelque chose qu’elle n’aime pas à 100%. Comme nous le savons tous, la pression des pairs peut être une vraie saloperie, surtout lorsqu’elle vient d’un partenaire en chaleur. J’ai été heureux d’apprendre qu’il y avait une soupape de sécurité permettant à la femme de se retirer.

Selon un organisateur, il a dû annuler des événements lorsqu’il a eu le sentiment que la femme n’était pas totalement dans l’idée. Au lieu de le dire à son petit ami, il invente une excuse pour ne pas poursuivre le gang bang, afin d’éviter tout retour de bâton entre les deux partenaires. C’est très cool.

Une fois que le couple et l’hôte ont fixé une date, c’est à l’organisateur de trouver des membres appropriés. Il y a également un processus de filtrage pour les invités. Ce n’est pas n’importe quel Tom, Dick ou Harry qui est invité à ces événements. Un bon organisateur d’événements a un petit carnet noir avec ses meilleurs « artistes » : ceux qui se présentent à l’heure avec un grand sourire et en sentant bon, qui ne répondent jamais, qui ne sont jamais pressés quand il y a huit gars qui font la queue pour servir une femme (oui, j’utilise délibérément le terme « servir »).

J’ai parlé avec Pamy, qui organise des bangs depuis 2012, de son protocole de casting. Il m’a dit que lorsqu’un nouveau gars fait une demande pour assister à un événement, il a un long coup de fil pour répéter ce qui est explicitement écrit sur son site web. Cela permet à Pamy d’avoir une meilleure idée de la personne et de filtrer ceux qui, par exemple, n’ont peut-être pas les meilleurs intérêts de la femme à l’esprit.

Il explique qu’il n’autorise jamais plus d’un ou deux nouveaux mecs pour dix habitués à un gang bang. Les autres sont des hommes qui ont déjà participé à des événements et qui ont fait leurs preuves. Il affirme que c’est l’un des outils les plus précieux pour décourager les mauvais comportements. Si le nouveau venu se présente et voit tout ce que les autres se connaissent, il aura beaucoup moins de chances d’apporter un peu de négativité sur la scène. Pamy sait qu’il peut compter sur sa fidèle équipe pour garder l’œil ouvert sur tout mauvais comportement et l’informer afin qu’il puisse agir en conséquence.

Le fait de savoir que l’on prend tant de précautions pour s’assurer que tout le monde est en sécurité avant un gang bang m’a vraiment aidé à voir les choses différemment. Ce n’est pas très différent d’une scène BDSM : le consentement et le respect sont les clés du bon déroulement des choses.

Pamy m’a brièvement parlé des femmes célibataires qui le contactent pour organiser un événement. Il m’a dit que la préparation est encore plus intense, car elle n’a pas le filet de sécurité d’un partenaire. Il passe plus de temps à sélectionner avec soin les hommes qui participeront en fonction de ses préférences. Il insiste pour qu’une longue discussion ait lieu avant l’événement afin de s’assurer qu’il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour que les choses soient à la hauteur de ses attentes et qu’elle sera traitée avec le plus grand respect et le plus grand soin.

gang bang feministe

Le Gang Bang d’Inanna

Un jour, alors que je parlais à J, j’ai laissé entendre que je voulais un gang bang, mais pas un gang bang traditionnel. Je voulais un gang bang entièrement féminin. Je n’y avait pas vraiment réfléchi, mais c’est sorti de ma bouche. Au cours des mois suivants, nous en avons parlé en toute décontraction, mais je n’y ai pas beaucoup réfléchi. C’était juste un fantasme pour moi, un fantasme que je pouvais faire ou ne pas faire, comme beaucoup d’autres fantasmes qui vivent dans ma tête perverse.

Autour de mon anniversaire, J me dit de bloquer une soirée dans mon calendrier. Je le fais, pensant qu’il nous a prévu des billets pour un spectacle ou un bon dîner. Tout au long de la journée, il n’arrête pas de m’envoyer des messages cryptés et de me demander comment je me sens. Je n’ai aucune idée de ce qui se passe, mais je joue le jeu.

Il me dit de rentrer chez moi, de prendre un long bain, de boire un verre de vin, mais pas plus, de m’habiller pour une soirée sexy et d’être prête à ce qu’un chauffeur vienne me chercher à 19 heures. Je lui fais entièrement confiance et ne lui pose pas de questions.

À 19 heures, je suis devant mon immeuble et un taxi s’arrête.

« Vous êtes Inanna », me demande le chauffeur.

« Oui, c’est moi », je réponds.

« Et l’adresse est le 123 rue de Machin Truc à Montreuil ? »

Mon cœur bondit dans ma gorge. Je connais cette adresse. C’est un endroit bien connu pour, vous l’avez deviné, les gangs bangs.

Je suis quelqu’un qui est rarement nerveuse. Je peux garder mon calme dans presque toutes les situations, mais je tremblais. Oh, mon Dieu. C’est ici ? Est-ce que je vais enfin avoir mon gang bang imaginaire ?

Alors que le conducteur arrive à destination, J se tient sur le trottoir et vient m’ouvrir la porte. Je le regarde et je vois un scintillement malicieux dans son œil.

« Qu’est-ce que c’est », lui demande-je.

« Je pense que tu le sais », dit J. « Tu es prêt à le faire ? Sinon, il y a plein de bon champagne et de casse-croûte pour nous permettre de passer la soirée sans jouer. »

« Oh oui, je suis partante ! »

On rentre et il sort une bouteille de champagne et me sert un verre. Nous nous asseyons ensemble tranquillement pendant quelques minutes avant qu’il me bande les yeux et me conduise en bas.

Alors qu’il me découvre les yeux, je vois sept femmes debout autour de moi, chacune portant un gode-ceinture. Je connais quelques-unes de ces femmes, dont ma meilleure amie C (dont j’ai appris plus tard qu’elle  était responsable du casting de mon gang bang). Leurs bites ont toutes des formes et des tailles différentes, leurs corps aussi. En entrant dans la scène, je commence à sentir les mains partout sur mon corps. Quatorze mains qui me caressent, me serrent, me massent, me pincent, me fouillent. Le reste du monde s’efface…

Je vais laisser libre cours à l’imagination de mes chers lecteurs avec les détails de la soirée, car même si je voulais vous raconter tout ce qui s’est passé cette nuit-là, je ne peux pas. J’ai été transportée hors de mon corps dans un océan de chair, de plaisir, d’abandon.

Au fur et à mesure que la soirée se termine, nous nous blottissons sur des canapés pour revivre la scène. Huit femmes, 16 mains et des kilomètres de peau. La plupart d’entre nous avaient déjà participé à de nombreuses orgies, mais nous sommes tous d’accord pour dire que c’était différent. J’étais le centre d’attention et elles étaient toutes là pour me servir.

feministe gang bang

Mon invitation à un Gang Bang

Avec le temps, j’apprends à connaître Pamy un peu plus et je lui dis que je suis intéressé à y participer un jour. J’arrive à la maison un soir et me dit qu’il vient de raccrocher avec Pamy, qui organisait un événement quelques jours plus tard. Pas techniquement un gang bang, car il y a plusieurs femmes, mais une soirée où il y aura BEAUCOUP plus d’hommes que de femmes (plus précisément, ça s’appelle « la pluralité masculine »).

Encore une fois, ma curiosité prend le dessus et j’accepte. Le soir, je mets de la lingerie sexy et nous nous dirigeons vers le loft.

Alors que les femmes se préparent à l’étage, je suis avec les garçons en bas en train de siroter du Perrier. Dans mon sac à main se trouve ma bite, une bite épaisse et longue avec laquelle j’ai eu le plaisir de baiser beaucoup, beaucoup de gens au fil des ans. Souvent, lors de ces événements, il y a des femmes qui sont là juste pour observer, alors les hommes autour de moi supposent que je vais juste regarder.

Pamy fait un petit discours, disant aux hommes de se mettre en sous-vêtements et je fais de même, me faufilant dans le coin pour bien ajuster ma ceinture avant de sortir au milieu des 35 ou 40 gars qui sont là pour « s’assurer que les femmes sont satisfaites », comme le dit Pamy.

La grande entrée

Je regarde le balcon, et je vois quatre belles femmes qui commencent à descendre les escaliers. Chacune d’entre elles a une paire de chaussures qui déchire, une superbe lingerie et un petit sac à main avec ses affaires privées. Alors qu’elles se pavanent dans la pièce principale, l’espace s’anime. Il y a des mains partout, des corps qui s’entrechoquent, les cris sensuels et primaires des femmes en extase.

Les femmes choisissent ce qu’elles veulent, attrapent un cul ou une bite et le mettent où elles veulent : la bouche, le cul, en frottant des bites sur leurs seins, sur leur visage. Elles attrapent les hommes par les cheveux et leur fourrent le visage dans la chatte. Ces femmes sont dans un bonheur total, les hommes ne sont que des sex toys pour les servir. C’est primal et c’est beau.

À un moment donné, une des femmes montre ma bite du doigt et dit : « Je veux goûter celle-là. » Je suis heureuse de l’obliger. Elle se lasse de moi au bout de quelques minutes, me repousse doucement, puis saisit un autre objet pour remplir ses trous. Je suis en admiration.

Tout au long de la soirée, je vois tous les hommes faire des pauses, mais ces femmes sont insatiables ! Elles n’en ont jamais assez, et Pamy a dit que nous devions veiller à ce qu’aucune femme ne reste insatisfaite.

Je fais ma part, en baisant les deux femmes qui ont signalé qu’elles me voulaient. Et c’est la clé. Elles m’ont demandé, comme c’était le cas pour chaque personne dans la pièce. À aucun moment je n’ai vu un homme devenir arrogant (à part, ironiquement, le mari d’une des femmes qui a essayé de me toucher la bite sans me demander : il a reçu une gifle tranchante et quelques mots méchants pour celle-là. Je pense qu’il se souviendra d’Inanna).

Tous les hommes étaient respectueux, généreux avec leur corps, ils étaient attentifs au langage corporel des déesses qui les utilisaient et se déplaçaient dans l’espace de manière appropriée. Les femmes étaient les reines de la nuit, utilisant les hommes comme ils le voulaient pour satisfaire leurs désirs les plus primaires.

Une vision féministe des gang bangs

La chose la plus féministe qu’une femme puisse faire est de prendre en charge sa sexualité, même lorsqu’elle est en dehors des normes. La domination féminine est justement cela, n’est-ce pas ?

Dans un gang bang, la femme utilise les hommes pour son plaisir. C’est son corps et sa sexualité qui sont sous les feux de la rampe. Elle ne demande pas, elle prend. Elle est le centre d’attention, les hommes sont là pour la servir. Vous voyez des parallèles ?

Les gangs bangs sont-ils féministes ? Je pense que l’on peut certainement argumenter en ce sens. Si je ne le croyais pas, je n’aurais jamais participé. Et je n’aurais certainement pas accepté cette deuxième invitation à en rejoindre une autre dès que possible.

gang bang

Photos par @jinklab. Suivez-le sur Twitter.

Abonnez-vous à ma newsletter et suivez-moi sur Twitter pour prendre de mes nouvelles régulièrement.

Partagez sur vos réseaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

2 réponses

Vous souhaitez commenter ?

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Shopping Basket